Le déchaîné
Le canard des maillots humides - Jour 5

Les gens du 8, les cyclistes aux 113

Plusieurs grands toureurs se sont attachés à Trois-Pistoles, à un point tel qu’il leur a paru inconcevable, hier, de s’en éloigner ne serait-ce que quelques heures. D’où ce réjouissant embouteillage en matinée au café Grain de folie. Le midi, on a servi pas loin de 1200 repas aux Pistolois (anciennement Trois-Pistolets) d’adoption. Festin festif au Village.

De leur côté, Suzanne et Denis ont pris la route en enfilant des gants à vaisselle qu’ils ont remontés jusqu’aux mollets pour garder leurs pieds au sec. Patricia a roulé un petit 44 km, activité qu’elle a complétée par un jogging embrumé dans les rues de Trois-Pistoles. Francine et Hélène sont allées voir la colonie de phoques près de l’île aux Basques en compagnie de monsieur le maire, pendant que Thad et Jocelyne, restés sur le quai, respiraient l’air du large. Maïté et Marc-Étienne, 12 ans, les cadets, ont joué aux quilles avec leurs parents et Éric a fait de son mieux, certainement plus de réserves que d’abats, avec sa boule gonflable. Au même moment, Annie, sûrement distraite par le paysage, s’est perdue en tentant de faire plus court. 65 km au compteur! Elle en a conclu qu’elle méritait piscine, baignoire à remous et sauna, ce qui résume parfaitement l’esprit du Grand Tour Desjardins. Effort, détachement, récompense.

Bref, vous avez été heureux. Humides, soit, mais heureux.
C’est aussi le cas de Ginette et André qui en avaient beaucoup à dire sur le premier Grand Tour. Celui de 1994. Le 8 août, André, qui avait rencontré Ginette peu de temps auparavant, est monté sur son vélo à Québec dans le but de la croiser, elle et les 1000 cyclistes du Grand Tour, surtout elle pour tout dire, sur la route entre Trois-Rivières et Québec. Il a fait une centaine de kilomètres, ventre à terre, l’a repérée – « Ah, tiens, tu es là! » – et ils ont terminé le trajet ensemble. Après quoi, André, rentré chez lui, s’est fait couler un bain, épuisé par ses 220 km à vélo, son record à vie, bien décidé à ne plus jamais en sortir. Mais. Oui, mais… En soirée, Ginette l’a appelé pour l’inviter à prendre une bière. Il a rassemblé ses forces, ressorti son vélo et attaqué une dernière côte. Depuis, ils sont inséparables.

Quand elle pense à ce premier Grand Tour, en ce temps lointain où l’on prenait souvent sa douche à l’eau froide, Ginette revoit Pierre Foglia, le journaliste, qu’elle évitait comme la peste, peu enthousiaste à l’idée qu’on écrive à son sujet. La voici, 25 ans plus tard, dans le Déchaîné!

Ginette est la statisticienne du couple. Elle tient un registre précis de toutes leurs activités sportives des 25 dernières années. Kayak, raquette, demi-marathon, pilates… Pour elle, le 8 août est un jour clé. Pas que celui de 1994. Cinq ans plus tard, ce jour-là, Ginette et André se sont mariés. Peu de temps après, Ginette apprenait que ses parents s’étaient mariés, eux aussi un 8 août. En 2003, à Carleton-sur-Mer, le même jour, ils ont abandonné un Grand Tour diluvien devenu mythique. Aujourd’hui, en pèlerinage amoureux, heureux d’être de retour parmi les cyclistes du Grand Tour Desjardins, ils célèbrent l’inoubliable déclaration d’amour d’André qui les réunissait quelque part sur le chemin du Roy, tout près d’un immeuble étrange qui ressemblait, paraît-il, à un asile!
Ne les cherchez pas ce soir à Rimouski…
stéphane et Kate
Certains ne se sont pas laissés intimider par la météo et les 113 km du parcours. Daniel qui était gonflé à bloc, prêt à tout, n’a affronté que cinq minutes de pluie. Légère déception… Kate et Stéphane gardent pour leur part un excellent souvenir de cette quatrième journée du Grand Tour Desjardins. Kate, toujours de Terrebonne-Humeur, cite d’ailleurs la chanteuse Kathleen, associée à jamais à un refrain nasillard – « Ça va-a-a bien-en-en-en-en » – qui chantonnait ce vers inoubliable : « Même quand il pleut, le soleil te tend la main. » Avouez que vous êtes ému! Comme elle, Stéphane a roulé le parcours sans difficulté. Tout au plus se souvient-il d’une petite fraîcheur à la fin. Ah ces cyclistes! Des douillets.

Si vous voulez voir davantage de photos, consultez l'album photo du Grand Tour Desjardins 2018 sur la page Facebook de Vélo Québec.

Voyez la capsule vidéo du jour, ici


L'album photo

MANCHETTES

Rencontre d’information à 18 h : défi optionnel de 183 km à vélo entre Rimouski et La Pocatière
Le cœur vous dit de conclure cette semaine en roulant lors de la journée de retour? Pour tout savoir sur le déroulement de la journée, participez à la rencontre d’information avec Lyne Journault, coordonnatrice du parcours. Vous pourrez confirmer votre inscription à cette occasion et payer votre repas du midi.

Achetez vos billets pour visiter les Jardins de Métis
Les participants au Grand Tour Desjardins bénéficieront d’un tarif privilégié de 14,75 $ (taxes incluses) pour visiter les Jardins de Métis demain. Évitez les files pour accéder au site en vous procurant vos billets dès aujourd’hui au kiosque du Tourisme Rimouski, entre 15 h 30 et 20 h, également après la conférence d’Alexander Reford. Argent comptant et cartes de crédit acceptés (Visa et Mastercard).
L'album photo
VQ, 50 ans

SUR LA ROUTE

Parcours régulier (75 km)
Une autre belle journée de vélo. On emprunte le même parcours que la veille pendant les 3 premiers km. On roule dans les terres, où nous aurons de beaux paysages en plongée. Le parcours est plutôt vallonné jusqu’à Saint-Fabien, où trois choix s’offrent à vous. Vous pourrez prendre l’optionnel 1 qui vous ramènera au bord de l’eau, le régulier qui poursuivra dans les terres ou l’optionnel 2 qui vous offrira de très beaux paysages vus d’encore plus haut! Halte-toilettes et eau : au km 18, à Saint-Mathieu-de-Rioux; au km 35, à 800 m du parcours, à l’aréna de Saint-Fabien.

Halte-ravito, km 32
Aujourd’hui, la halte-ravito est exceptionnellement avant la halte-dîner. On la trouve chez monsieur Daniel Brillant, de la ferme Brillant, qui a gentiment accepté de nous accueillir. L’endroit offre une belle vue sur le fleuve. Des toilettes seront disponibles au village de Saint-Fabien, un peu plus loin.

Halte-dîner, km 51
À l’École du Havre Saint-Rosaire de Mont-Saint-Louis. Les Estivaliers du Carrefour jeunesse-emploi Rimouski-Neigette vous y accueillent.

Remarquez la murale au-dessus de la porte. Elle est du talentueux créateur et bédéiste Vincent Rioux, alias VoRo, un Bicois d’origine inspiré de son village natal et qui roule sa bosse à l’international. Vous aurez l’occasion de voir d’autres de ses œuvres sur le parcours de demain, à Mont-Joli.

Les sentiers du Mont-Saint-Louis sont accessibles à partir du site de la halte-dîner. Un sentier de moins de 1 km aller-retour mène jusqu’à la croix du mont Saint-Louis, érigée en 1925. C’est un incontournable du paysage bicois. La vue sur le fleuve et le parc du Bic y est imprenable!

Optionnel 1 (+4 km)
Cet optionnel passe par le parc du Bic (en poussière de roche et totalisant 8 km) et ne sera pas balisé. Les participants du GTD, munis de leur bracelet, peuvent y accéder gratuitement. À la sortie du parc, vous roulerez 1,5 km sur la route 132, achalandée à cet endroit. Soyez prudent. Halte-toilettes et eau : à l’aréna de Saint-Fabien.

Optionnel 2 (+14 km)
Optionnel tranquille offrant de beaux paysages. Travaux : dans le 4e rang, circulation en alternance sur 600 m. Merci de respecter les feux.

Optionnel 3 (+21 km)
Optionnel tranquille offrant des vues magnifiques sur l’arrière-pays de Rimouski. Une pente de 13 % vous attend : vous y croiserez les cyclistes locaux qui s’y entraînent.

AU VILLAGE

Tourisme Rimouski de 13 h à 20 h
C’est le lieu pour tout savoir sur les services et activités touristiques proposées de la région. Aujourd’hui, planifiez pour demain une sortie en kayak sur le fleuve ou une excursion en zodiak vers l’île de Saint-Barnabé, en face de Rimouski.

Conférences de la soirée
> L’histoire des Jardins de Métis; à 20 h. Durée : 1 h.

Avec Alexander Reford, historien et directeur des Jardins de Métis
Alexander Reford, arrière-petit-fils d'Elsie Reford, créatrice des Jardins, nous présentera l’histoire de cet aménagement reconnu comme l'une des merveilles du Québec et l'un des plus grands jardins en Amérique du Nord. Alexander nous parlera aussi d’histoire et de vélo dans la région. Une conférence à ne pas manquer, d’autant plus que le dîner de demain sera préparé avec les produits des Jardins par son illustre chef, Pierre-Olivier Ferry.

> Initiation au monde des champignons sauvages
Avec Jean-Paul Blais, mycologue passionné
Aujourd’hui mercredi, de 16 h à 17 h 15 : atelier théorique. Demain jeudi, de 15 h 30 à 17 h 30 : excursion et cueillette.

Atelier de percussions : Méli-mélo africain avec Louise Amyot
Une cinquantaine d’instruments (ex. : djembé et petites percussions) et des chants pour une ambiance festive et participative. Près du chapiteau ou à l’intérieur de l’école selon la météo. Suivez les indications. De 18 h à 19 h.

Sur la scène du Bistro Desjardins :
Sandalio y su Caliente > 19 h 45 à 21 h 15

Des musiciens d’origine cubaine vous proposent leurs trésors locaux à volonté et plein d’autres rythmes du sud : salsa, chachacha, merengue, bachata et cumbia. Aussi bien vous prévenir, ce sera chaud!

DJ jusqu’à 22 h 30