Vélo Tout confort Vacances à vélo - Forfaits voyages à vélo - Vélo Québec Voyages

Un médicament dont on peut abuser

Publié par Guy Thibault le 16 mars 2011


C’est sans doute surtout pour le simple plaisir de rouler que vous faites du vélo, notamment en voyage. Mais vous vous doutez bien qu’en prime, c’est bon pour votre santé. Savez-vous comment, et jusqu’à quel point?

Depuis très longtemps, il est bien connu que la pratique régulière d’activités physiques qui font travailler les muscles, le cœur et les poumons, améliorent les plus importantes composantes de la condition physique, c’est-à-dire l’aptitude aérobie et l’endurance et puissance musculaires. Et déjà dans l’Antiquité, on savait que bonne forme physique allait de pair avec santé et longévité.

Effets salutaires documentés

Mais ce n’est que depuis le milieu des années 1980, grâce au suivi de l’état de santé de très grands échantillons de population sur plusieurs années, que des scientifiques sont capables de cerner la liste des problèmes de santé que l’on peut prévenir par l’exercice physique. Ainsi, les données dont on dispose permettent d’affirmer que la pratique régulière d’activités physiques réduit le risque de mort prématurée et d’être atteint des problèmes suivants :
• maladies cardiovasculaires dont l’hypertension artérielle et les accidents vasculaires cérébraux,
• diabète de type 2,
• dyslipidémies (trop de « mauvais » cholestérol, pas assez de « bon »),
• syndrome métabolique,
• cancer du sein, du côlon (et possiblement cancer du poumon et de l’endomètre, bien qu’à un degré moindre),
• symptômes de la dépression.
• ostéoporose, fractures (activités physiques avec mise en charge seulement, comme celles qui comprennent de la course à pied ou des sauts, ainsi que la musculation),
• insomnie.

Globalement, le fait d’être sédentaire augmente les risques de mort prématurée comme le fait de fumer. Et passer d’un mode de vie sédentaire à un mode de vie physiquement actif équivaut à cesser de fumer.

Par ailleurs, l’entraînement cardio exécuté en volume suffisant facilite le maintien du poids et permet d’en perdre lorsqu’il est combiné avec un régime alimentaire approprié. Et chez les personnes âgées, l’exercice physique préserve les fonctions cognitives et diminue le risque de chute.

En faire assez

D’où la question : quelle quantité d’exercice physique doit-on faire pour bénéficier de ces effets salutaires? La réponse est très simple : le plus possible!

Ce n’est que pour donner des repères aux personnes sédentaires que des organisations scientifiques et médicales comme par exemple Kino-Québec et le U.S. Department of Health and Human Services recommandent aux adultes de faire, chaque semaine, au moins 150 minutes d’activité aérobie d’intensité moyenne ou 75 minutes à intensité élevée, ou une combinaison équivalente (ex. 50 minutes d’activité aérobie d’intensité moyenne et 50 minutes à intensité élevée). Ils recommandent aussi de faire, deux fois ou plus par semaine, des exercices de musculation d’intensité modérée sollicitant les grands groupes musculaires.

En fait, quand on examine attentivement le lien entre l’activité physique et la santé, on se rend compte que l’on devrait profiter de toutes les occasions – loisirs, déplacements, tâches quotidiennes – pour faire le plus possible d’une grande diversité d’activités physiques. En effet, les effets bénéfiques augmentent avec le volume d’activité physique. Par exemple, faire 90 minutes d’exercice physique par semaine permet de réduire le risque de mort prématurée d’environ 20 %, et en faire 300 minutes réduit ce risque de 25 %.


Intensité moyenne, élevée
On entend par « activité aérobie d’intensité moyenne » un exercice physique qui s’accompagne d’un léger essoufflement, alors qu’une activité aérobie d’intensité élevée provoque un essoufflement qui gêne la conversation. Pour pédaler à intensité moyenne ou élevée, il faut donc ajuster son effort selon son aptitude aérobie.


Bref, pour être en santé, il faut faire régulièrement des activités physiques. Un peu d’exercice physique, c’est déjà beaucoup pour la santé des personnes sédentaires et en faire plus, c’est toujours mieux, sauf dans les cas extrêmes, très rares. L’exercice physique est donc un « médicament » dont on peut abuser!

Pour en savoir plus

www.kino-quebec.qc.ca
www.health.gov/paguidelines