Vélo Tout confort

Utah-Californie

Publié par Éric Poulin le 25 janvier 2013

« Ce voyage, c’est en quelque sorte un best of de l’Ouest américain, l’itinéraire mythique des grands espaces. Un Ouest d’une grande beauté, mais qui se laisse conquérir lentement, au prix d’efforts intenses.

Comme il y a beaucoup plus de routes secondaires aux États-Unis qu’au Canada, ceux qui aiment la tranquillité vont adorer le tracé. C’est même désertique par endroits, avec des villages fantômes, des paysages qui s’étirent sur des kilomètres. Il faut donc tenir compte de cet isolement, car on ne peut pas s’alimenter en eau à tous les 2 km.

Après Las Vegas, l’Utah nous montre rapidement ses paysages rocheux parsemés de petits arbustes : il ne manque que le personnage du Road Runner ou John Wayne! On a l’impression de devenir un cowboy dans des scènes de films que l’on a vus des centaines de fois. Sauf que là, on y est pour vrai. Et c’est d’une grande beauté, fort impressionnant.

Il y a bien sûr des cols immenses, mais il y a surtout une journée incroyable, d’environ 140 km, avec montée et descente, avant d’arriver à San Francisco. On y passe plusieurs heures en forêt à zigzaguer sur une petite route étroite. On se sent comme des lutins dans les bois! Puis, on arrive à San Francisco, une ville où il y a beaucoup d’action et qui est de plus en plus une ville où le vélo prend sa place.

Outre l’isolement, il faut aussi tenir compte du soleil et de la chaleur, qui peut être très intense. Il est donc important d’être bien préparé pour goûter toute la beauté de ce super road trip. »



“This trip is sort of like a best of the American West, a mythical route of wide open spaces. A West of great beauty that is gradually succumbing to conquest.

Since there are many more secondary roads in the U.S. than in Canada, cyclists who enjoy peacefulness will love this route. It is even deserted in some places, with ghost towns and landscapes stretching as far as the eye can see. It is important to keep this isolation in mind, since you can’t stock up on water every 2 km.

After Las Vegas, Utah quickly reveals its rocky countryside strewn with small bushes: the only thing missing is Wile E. Coyote or John Wayne! It’s like a scene out of one of those cowboy movies you’ve seen a hundred times – except that this is the real deal! And it’s incredibly beautiful and awe-inspiring.

Of course there are some huge mountain passes, but the route to San Francisco is mainly an incredible 140-km journey, with both climbs and descents, during which you spend several hours zigzagging through forests on small narrow roads feeling like a wood elf! Then you arrive in San Francisco, a bustling city where urban biking is increasingly becoming a way of life.

In addition to the isolation, you must also take into account the sun and the heat, which can be very intense. It is therefore important to be well prepared in order to make the most of this super road trip.”



Roulez cette destination avec Vélo Québec Voyages. Prochain départ »

Bike this destination with Vélo Québec Voyages. Next departure »